Septembre 2013



  Réunion : à 14 heures dans notre local, situé 116 chaussée de Ninove.

Entrée libre. Pour renseignements : Michel Dandoy, tél. 02/569.63.15




Projection du film de Daniel Costelle et Isabelle Clarke (dans la série «Apocalypse »). Pour la première fois, un film retrace la longue traque des nazis depuis 1945; plus de 60 ans d’enquêtes, de rebondissements, de procès et de drames, œuvre de 3 personnalités hors du commun : Simon Wiesenthal, rescapé des camps de la mort ; Serge Klarsfeld, avocat et historien, fils d’un déporté juif assassiné et Beate Klarsfeld, son épouse, une allemande non juive qui dénonce le silence de son peuple et qui giflera le chancelier Kiesinger, l’un des responsables de la propagande nazie.


Réunion : à 20 H dans notre local du 116 chaussée de Ninove.

Entrée libre. Pour renseignements : Michel Dandoy, tél 02/569.63.15




L Association Culturelle de Dilbeek est une organisation socio-culturelle implantee dans la peripherie Bruxelloise. L association vise a creer des liens etroits entre les francophones de Dilbeek en organisant ou assistant a des activites culturelles en français (conferences, visites, excursions, promenades, concerts, spectacles)




Promenade historique dans la ville avec visite du Béguinage; de la tour Zimmer, chef-d'oeuvre de renommée mondiale. Visite guidée de la collégiale Saint-Gommaire de style gothique brabançon avec sa tour coiffée d'un toit rocaille « Le Lierse Peperbus » datant du 18ème siècle.

Lunch dans une brasserie de la ville.

L’après-midi, visite guidée de l'exposition Bruegelland au musée de la Ville. L'objectif de l'exposition est de montrer l'influence de Bruegel l'Ancien sur les peintres des Pays-Bas jusqu'au 20ème siècle.

Prix 23 € pour les membres et 27 € pour les non membres (hors ticket train) ; participants limités à 15.


Inscription obligatoire auprès de Ginette De Corte en téléphonant après 18h au 02/569.53.70 ou au 0497/628 575 et paiement de confirmation au compte bancaire de Ginette De Corte BE 33 0635 0723 3546 avant le 16 septembre.







Fils de Léopold, violoniste auprès du prince-archevêque de Salzbourg, Wolfgang Amadeus Mozart reçoit à 4 ans ses premières leçons de clavecin ; à 6 ans W. compose de petits menuets. A Londres la famille est reçue par le Roi et la Reine où W. devient l’ami de Johann Christian Bach. Il parcourt l’Europe : Lille, Gand, Rotterdam, Paris, Genève, Zurich, Vienne. Départ pour l’Italie en 1769 où il rencontre le Padre Martini à Bologne et va à Florence, Rome (reçu par le pape Clément XIV), Naples, Milan, Vérone. Retour à Salzbourg et à Vienne l’année suivante, puis se rend à Paris où meurt sa mère. En 1781 il compose l’opera seria  (Idomeneo, re di Creta). Fortes tensions avec Colloredo, son « patron ». Il épouse Constance Weber en août 1782, année de la première de l’Enlèvement au sérail. En 1785 il adhère à la franc-maçonnerie et compose la Musique maçonnique funèbre ; il entame les Noces de Figaro, compose Don Giovanni. Son père meurt en 1787, année de La petite musique de nuit, … mais c’est le début des difficultés financières. Voyage à Prague et Leipzig en 1789, il compose Cosi fan tutte ; la Flûte enchantée, début du Requiem … qui datent de 1791. La mort le surprend le 5 décembre 1791 : son enterrement est modeste, il va subir l’anonymat de la fosse commune, lui qui a réussi magistralement dans tous les genres qu’il a abordés !


Mais un autre grand maître, Antonio Salieri, dernier grand représentant de la tradition napolitaine, encouragé par Gluck, se fixe à Vienne dès 1766, occupe diverses charges officielles et va y éclipser Mozart, surtout à partir de 1788, année où il devient Maître de chapelle impérial. Parmi ses œuvres : sa Sinfonia ; l’opéra Europa riconosciuta (pour l’inauguration de la Scala de Milan en 1778) ; l’opéra Il ricco d’un giorno; la Grotta di Trofonio (1785) ; Prima la musica et poi le parole (1786) ; Falstaff (1799)... Il se consacrera alors davantage à l’enseignement et comptera parmi ses élèves : Beethoven, Schubert, Liszt… Pouchkine et Rimski-Korsakov répercutèrent le récit selon lequel Salieri aurait empoisonné son rival ; légende ou réalité ? Pour le savoir et mieux connaître certains aspects de la vie et de l’œuvre – immense ! - de ces 2 monuments de la musique (mais dont l’un est plutôt méconnu), venez assister à l’exposé émaillé d’illustrations musicales (Michèle et Michel Dandoy)


Réunion : à 16 H dans notre local du 116 chaussée de Ninove. Entrée libre. Pour renseignements : Michel Dandoy, tél 02/569.63.15